Henri Leclerc



Henri Leclerc commence sa carrière aux côtés de l'avocat Albert Naud qui lui lègue sa bibliothèque  que ce dernier avait lui-même reçue du Président  Raymond Poincaré.

Avocat depuis 1955, ancien secrétaire de la conférence, ancien membre du conseil de l'ordre des avocats de Paris, il a été président de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen de 1995 à 2000 et en est toujours Président d’honneur.

Il a accompagné le mouvement social, aux côtés des paysans travailleurs, des mineurs de fond, de la CFDT, des militants luttant pour l'amélioration des conditions de détention  et  a dénoncé les conditions de détention dans les prisons de haute sécurité.

Fondateur du cabinet Ornano devenu en 1994 la SCP Henri Leclerc et Associés, il traverse tous les grands procès,

Henri Leclerc a plaidé pour la défense de clients célèbres comme le journal Libération, le mathématicien Alexandre Grothendieck, Richard Roman, Lucien Léger, Charlie Bauer, Michel Vaujour, François Besse, Roger Knobelspiess, Florence Rey, le docteur Diallo, Hélène Castel, Jacques Viguier, Véronique Courjault, Dominique de Villepin, Dominique Strauss-Kahn .

Pendant de nombreuses années il interviendra dans des procès de presse, défendant le journal Libération , son directeur de Publication Serge July et les grandes signatures du journal pendant plusieurs décennies . Il a défendu  le Nouvel Observateur dans la procédure en diffamation intentée par le Préfet Papon, Robert Badinter contre Robert Faurisson ou les Editions Fayard ainsi que nombre de personnalités.

En même temps, il interviendra dans des affaires de droit pénal financier assistant de grandes banques poursuivis pour blanchiment, de droit pénal de l’environnement comme l’affaire de l’Amoco Cadiz, de droit pénal aérien  comme la  catastrophe aérienne du Mont Saint Odile ou dans des affaires de santé publique comme le procès de l’hormone de croissance.

Lors de procès politiques comme ceux des indépendantistes guadeloupéens ou des arméniens, il sera toujours en tête de la défense.

Il est également intervenu comme partie civile dans l'affaire Omar Raddad (défendant la famille de Ghislaine Marchal) et a défendu la famille de Pierre Overney.

Au mois de septembre 2018 il publie son autobiographie La Parole et l’Action qui est devenu un ouvrage de référence. Il écrit dans de nombreuses revues juridiques et est un des contributeurs réguliers de Légipresse, revue spécialisée en droit de la presse et la communication.

La promotion 2015-2016 de l'Ecole de Formation du Barreau de Paris dont il est le parrain, porte son nom et il intervient aujourd hui dans de très nombreux colloques.

Membre de la CNCDH, il est Commandeur de la Légion d'honneur.